• Psychologie des contes de Fée

    Après la Psychanalyse des contes de fées (ou The Uses of Enchantment) de Bruno Bettelheim, retrouvez la "Pyschologie des contes de fées" sur le site Ookah. L'auteure du blog nous conte les contes de fées de manière loufoque par son graphisme provocateur (les personnages sont sous forme de squelette), et cynique par son humour noir. Elle fait une comparaison entre le conte original et le conte de Walt Disney. Dans un premier temps, elle analyse le conte de Blanche Neige, puis celui de La Princesse au Petit Pois. Dans le premier conte, elle fait la remarque que Walt Disney "occulte la fin des contes originaux" qui offrent une fin plus "funcky". En effet, la fin de Blanche Neige de Walt Disney, est plus féerique et plus merveilleuse que le conte de Grimm, car il se clôt sur le mariage heureux de Blanche-Neige et son Prince, alors que le conte de Grimm "relate le mariage" dans lequel la Belle-Mère est cruellement châtiée. L'auteure du blog insiste également sur le côté "nunuche" de la princesse qui est toute joyeuse à l'idée de faire "la bonne" pour les nains.

    32705276.png

    Dans le second conte, l'auteure du blog parodie l'histoire de "La Princesse au petit pois". Le Prince recherche en effet une "vraie princesse" avec qui il veut se marier. Mais une fois de plus, OoKah revient à la charge pour démontrer la stupidité des "vraies princesses." de Walt Disney. Elle met sur la route du Prince, les "Princesses de Walt Disney: Blanche Neige, Jasmine, Ariel, Belle et la Princesse du conte original. Le Prince galant et chevaleresque  qui est remplacé par un Prince un peu trop exigeant et râleur, voit en toutes les héroïnes de Disney qui font tant rêver les petites filles, des "foldingues". Elle ironise sur les qualités et la particularité de chaque princesse : aux yeux du Prince exigeant, la voix mélodieuse et apaisante de Blanche-Neige n'est plus qu'une voix "saoulante" , le tigre de Jasmine n'est qu'une pure folie, le polochon d'Ariel n'est qu'un vulgaire "poiscaille" qui n'a pas sa place dans le palais, la rose magique de Belle est insignifiante. Et une fois que le Prince eut trouvé sa chère princesse, celle qui devait sentir ce fameux petit pois sous les 20 matelas, le  prince chercha à serrer dans ses bras sa princesse, mais celle-ci l'envoie ballader car elle souffrait le martyr. Car durant toute la nuit elle a souffert de "bleus et des noirs".Le denouement est bien différente de "La princesse au petit pois" que tout le monde connaît. Au lieu de finir par un beau mariage, la princesse n'a que faire du prince un peu trop enthousiaste, et préfère se plaindre. 

    C'est pourquoi la blogueuse conclut sur la moralité selon laquelle les  "vraies princesses sont des chochottes."

    32751809.png

    La façon dont elle dépeint les contes de fées entrave la magie des contes, et lui enlève tout son charme, mais retenons qu'il ne s'agit là que d'un moment humoristique. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :